Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox

Le Bennou

Envoyer Imprimer

Phénix. Sous ce nom se cache sans doute le héron cendré ou le phénix en rapport avec le dieu Rê à Héliopolis et dont Hérodote nous rapporte qu'il vient en Égypte tous les cinq siècles. C'est chaque fois un nouvel animal puisqu'il y vient pour déposer dans le temple du Soleil à Héliopolis son propre père enveloppé dans de la myrrhe modelée à la forme d'un oeuf. Les auteurs postérieurs ont embelli la légende en faisant se consumer le phénix dans les flammes et renaître de ses cendres. Au Nouvel Empire, il apparaît comme un symbole d'immortalité et de transformation spirituelle, à qui s'identifie l'âme du mort.

Le mythe de la création

Comme d'autres mythes de la création, le mythe égyptien est complexe et offre plusieurs versions de la façon dont le monde est apparu. Les anciens Égyptiens croyaient que les principes fondamentaux de la vie, de la nature et de la société furent déterminés par les dieux lors de la création du monde. Tout a commencé quand le Grand Dieu remua pour la première fois dans les eaux primordiales.

Le mythe de la création est raconté dans les écrits hiéroglyphiques sacrés que l'on trouve sur des pyramides, des temples, des tombes, et des feuilles de papyrus. Ces écrits décrivent comment la terre fut créée à partir du chaos par le dieu Atoum. La terre était considérée comme un paysage sacré, reflet du monde céleste oû résidaient les dieux.

La création de l'univers s'étendit sur une longue période de temps oû les dieux vécurent sur terre et établirent des royaumes basés sur les principes de la justice. Lorsque les dieux quittèrent la terre pour habiter le monde céleste, les pharaons héritèrent du droit de gouverner.

 

Les premiers dieux

Le Livre des morts, qui remonte à la Deuxième Période intermédiaire, décrit comment le monde fut créé par Atoum, le dieu d'Héliopolis, le centre du culte du dieu solaire, en Basse-Égypte. Au commencement, le monde était une étendue infinie d'eaux ténébreuses et sans direction, le Noun. Le Noun était personnifié par quatre couples de divinités masculines et féminines. Chacun représentait un des quatre principes qui caractérisaient le Noun : le mystérieux ou l'invisibilité, l'eau infinie, l'errance ou l'absence de direction, et l'obscurité ou l'absence de lumière.

Atoum se créa lui-même à partir du Noun par un effort de sa volonté ou en prononçant son propre nom. En tant que créateur des dieux et des humains, il avait apporté l'ordre dans les cieux et sur la terre. Seigneur des Cieux et de la Terre, il porte la Double Couronne de la Haute et de la Basse-Égypte ainsi que l'ankh, un symbole de vie, et le sceptre-was, symbole de l'autorité royale.

L'oiseau mythique Bennou devant une table d'offrande. Dessin : Nancy RuddellD'après les Textes des Pyramides, qui sont écrits sur les murs de ces dernières, le dieu créateur émergea des ténèbres chaotiques du Noun sous la forme de l'oiseau mythique Bennou (semblable à un héron ou à un phénix). Il vola jusqu'à Héliopolis, une ville ancienne près du Caire, oû, à l'aube, il se posa sur le Benben, un obélisque représentant un rayon de soleil. Après avoir façonné un nid d'épices et de rameaux aromatiques, il fut consumé par le feu et revint miraculeusement à la vie. La pierre de faîte qui se trouve au sommet d'un obélisque ou d'une pyramide est associée au Bennou. Appelée pyramidion ou Bennou, elle est un symbole de la renaissance et de l'immortalité.

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
Mise à jour le Jeudi, 18 Décembre 2008 11:01