Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Bric à brac Le Phénix Phénix et Résurrection

Phénix et Résurrection

Envoyer Imprimer

L'oiseau phénix, symbole de résurrection

Après la résurrection du Christ, les apôtres allèrent partout dans le monde annoncer cet événement.
Mais comment faire comprendre le fait de la résurrection à des peuples qui ne connaissaient pas l'enseignement de Moïse? Les pères de l'Eglise des IIe et IIIe siècles ont trouvé la solution dans la légende de l'oiseau Phénix.

Des récits relatifs à cet oiseau se retrouvaient dans toutes les régions où fut annoncé l'évangile à cette époque-là: Inde, Arabie, Syrie, Liban, Phénicie, Égypte, Grèce et dans tout l'empire romain.
La liste des textes égyptiens, syriens, grecs et latins qui en parlent est très longue, sans oublier de nombreuses inscriptions et découvertes archéologiques.

Sommairement dit, il est question d'un oiseau qui, tous les cinq-cents ans, abandonne son pays situé à l'orient pour voler jusqu'en Égypte, vers l'autel du temple du Soleil à Héliopolis.
Cet oiseau s'appelle Phénix.
Un manuscrit conservé en Inde rapporte que l'oiseau Phénix se construisait là un nid-tombeau fait de toutes sortes de plantes aromatiques; les rayons du soleil mettaient le feu au nid et l'oiseau était réduit en cendres, tandis que les plantes aromatiques se transformaient en une coque rigide à l'intérieur de laquelle un embryon se formait sous l'effet de l'humidité; en l'espace de trois jours, un nouveau Phénix se développait et s'envolait derechef vers l'est pour revenir cinq-cents ans plus tard.

Les pères des premiers siècles chrétiens ont vu dans cette légende une prophétie faite pour permettre aux différents peuples de comprendre la résurrection du Christ. Mais en un certain sens, il est faux de qualifier de légende la réapparition de l'oiseau Phénix: de nombreux historiens dignes de foi en ont parlé.
Dans ses Annales (I.VII, chap. 28), Tacite cite les rois et les empereurs au temps desquels l'"événement du Phénix" a eu lieu. D'autre part, de la résurrection de l'oiseau Phénix après trois jours était connue de tous comme un fait avéré.
La légende du Phénix a permis aux pères de l'Eglise et aux missionnaires chrétiens de rendre la résurrection compréhensible même aux sceptiques d'Athènes. Pris comme symbole, le Phénix ne faisait toutefois pas que représenter le Christ ressuscité après trois jours passés dans le tombeau de plantes aromatiques.
Le Phénix concrétisait aussi le fait que le Sauveur, être chaste et sans amour charnel, porte beaucoup de fruit par le sacrifice qu'il fait de lui-même.

De même, le Phénix représente le chrétien qui naît à une vie nouvelle par la mort du baptême, comme l'apôtre Paul l'écrivait aux Romains (6:3-4).
Dans le même sens, Lactance écrivait que le Phénix trouve dans la mort la joie et la renaissance à une vie nouvelle.

Les premiers chrétiens ornaient leurs tombeaux et les catacombes de représentations du Phénix comme signe de leur foi en la résurrection du Christ.
Parfois, l'oiseau était doté d'une auréole à sept rayons représentant les sept dons du Saint-Esprit.

Dans l'histoire de la littérature chrétienne, le symbole du Phénix n'a pas seulement été un instrument permettant de rendre le Christianisme compréhensible aux historiens, aux philosophes et aux adorateurs d'idoles du monde antique.
Il s'est aussi imposé comme une figure aidant à approfondir la signification théologique de la résurrection.

D'après Mihail BRINZEA (Schw. Ref.Volksblatt)

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.