Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Critiques La Roulotte

Charles van Lerberghe

Envoyer Imprimer

(Extrait de : La Roulotte, numéro spécial consacré à Charles van Lerberghe,
Paul Lacomblez, Bruxelles, s.d. (1904-1905), pp. 27-28)

Charles van Lerberghe est véritablement le poète, selon la conception symboliste, c'est-à-dire celui qui aperçoit dans les choses, par delà leurs formes extérieures, à travers leur matérialité et leur fixité, « des visages qui regardent ». Nul n’a au même degré que lui, je crois, le don d’émerveillement; il apporte, dans la contemplation du monde, l’étonnement qu’il faut et je ne sais quelle inépuisable nouveauté d’imagination qui le fait comme un enfant simple et tout ébloui devant le spectacle de la nature. Grâce à cette faculté, il réalise une incomparable fraîcheur d’images, par où s’expriment ses visions ou mieux ses « entrevisions », que caractérise souvent une originalité non-pareille. Et rien de nébuleux ni d’hermétique dans ses poèmes, où la gracieuse musicalité du rythme s’unit à une clarté cristalline et à une précision exquise; la forte culture latine de l’écrivain de la Chanson d’Eve l’a préservé d’un art « abscons et abstrus » à la Mallarmé, comme son idéalisme souriant l’a gardé de tout pessimisme.

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
Mise à jour le Lundi, 15 Décembre 2008 21:34