Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Écrits de Guerre Journal de Campagne 39-45

Journal de Campagne 1939-1945 - Fait prisonnier

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Journal de Campagne 1939-1945
Mobilisation
La Fuite
Fait prisonnier
Stalag 1A
Retour de Prusse orientale
Capturé par les Russes
Direction Odessa
Retour au bercail
Toutes les pages

Fait prisonnier

Mercredi 22 mai Tous les points de ralliement sont coupés. On nous dit qu'on peut encore passer par Boulogne-sur-Mer et nous sommes aux environs de St Omer. On pédale à toute vitesse, croyant à tout ce que l'on nous racontait. Je suis obligé de ralentir à cause que j'ai mal au genou gauche par l'effort que je viens de faire. À 6 km de Boulogne, je suis arrêté par un soldat français qui me dit d'attendre et nous fait entrer dans un bois. Quelques temps après, des tanks allemandes nous mitraillent, alors j'ai compris que c'était un espion.

Nous retournons quelques km sur nos pas, mais hélas là aussi il y avait des Allemands. Je demande à une femme pour avoir une veste civile mais la femme hésite et sur cette entrefaite les tanks allemands s'avancent et nous font prisonniers à 5, il était 8 h. du soir.

On nous fait monter sur des autos camions et montons vers le nord où nous couchons dans une église.

Jeudi 23 mai Nous montons dans les camions et sommes conduits à St Pol où nous couchons à la belle étoile sur la grand-place et l'on nous enlève nos couteaux, rasoir, briquet, etc.

Vendredi 24 mai Nous faisons au moins 72 km. Nous arrivons à Doullens à la prison tout fourbus. On touche une tasse de soupe.

Samedi 25 mai On nous conduit en auto camion jusque Cambrai où l'on nous donne une gourde d'eau et nous partons tout épuisés et arrivons à Cotillon à minuit où nous couchons dans une prairie et pour le comble de l'affaire un orage vient nous remettre de notre fatigue. Au matin, un prêtre dit la messe. Après-midi, on embarque les belges pour retourner en Belgique…

Dimanche 26 mai En route sur camion, nous passons à Lardreuès, Dinant, puis St Vith que nous atteignons à minuit où il pleut à torrent.

Nous couchons dans la cour d'une école. 2 Français sont tués pour s'être approchés trop près des clôtures.

Lundi 27 mai On nous donne 1/5 de pain et après-midi nous embarquons en train et partons par le sud. Nous passons à Erfut – Posens – Varsovie puis remontons vers Ollestein où nous arrivons le jeudi matin au Stalag 1B après 63 heures de wagon à 54 dans le wagon.

Jeudi 30 mai On nous distribue une bonne soupe aux fèves qui nous retape un peu. Les baraques sont sombres et sommes entassés à plus de 400.

Vendredi 31 mai On nous distribue 1/5 de pain, de la margarine, du saucisson et de la marmelade, quelques pommes-de-terre cuites dans la pelure et un peu de soupe qui ressemble à de l'eau de vaisselle. On sépare les Flamands des Wallons. Les canards sont que nous allons retourner, même que nous ne pouvons pas aller au travail. Au mois de juillet, on nous donne des cartes pour écrire et nous recevons la réponse au mois de juillet.

Août 1940 Deux Belges retournent comme Allemands, pays rédimés, et les canards sont toujours pour le rapatriement.

Septembre 1940 360 Belges partent pour ramasser les pommes de terre.

10 octobre 1940 Les Flamands partent. Ah ! Ce jour-là quel cafard, voir partir des copains avec qui on avait partagé les bons et mauvais moments, ce fut triste et bien triste. Je suis 3 jours dérangé. Je reçois un petit colis tout déchiré.

Novembre 1940 Nous sommes employés aux cuisines allemandes. La nourriture est suffisante et le travail pas trop lourd, mais à 8 km.

6 décembre 1940 Nous partons pour le stalag 1A où le bruit est toujours pour le rapatriement.



Mise à jour le Lundi, 12 Janvier 2009 22:08  

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification