Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Voyage en Grèce en 2000

Voyage en Grèce en 2000 - 5e jour

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Voyage en Grèce en 2000
2e jour
3e jour
4e jour
5e jour
6e jour
7e jour
8e jour
9e jour
10e jour
11e jour
Toutes les pages

5e jour : Le Magne - Kardamili

Vendredi 22 septembre.

Après une nuit un peu chahutée et un café grec accompagné de pain et de fromage, nous levons le camp. Notre objectif est d’atteindre Vathia en longeant la côte Est du Magne. Cette région est âpre, fière, sauvage, grandiose, découpée de baies et de criques plus belle les unes que les autres. Nous laissons derrière nous une multitude de petits villages abandonnés, hérissés de tours de pierre surveillant notre avancée, craignant peut-être qu nous dérangions leur paix et leur solitude si chèrement acquises au fil de siècles belliqueux.

En chemin, nous jouons les bons Samaritains en venant en aide à un chasseur athénien en panne de batterie. Il désirait que nous installions notre batterie sur sa voiture (personne ne disposait de câbles), mais nous lui faisons comprendre que nous préférons pousser... ce que nous faisons courageusement, Adrien étant chargé de rester au volant.

Nous atteignions presque la périphérie d’Athènes, suant, ahanant, presque morts d’épuisement, lorsqu’Adrien comprend enfin qu’il doit mettre le contact pour faire démarrer le véhicule... Sans commentaire.

En récompense de nos efforts, ce grand chasseur, au demeurant charmant, nous offre pain, fromage, tomates... et 1,5 kilo de retsina. Il faut dire que notre exploit nous avait donné soif.

Passé cet intermède, nous poursuivons notre route, découvrant brusquement un site d’une beauté et d’une majesté exceptionnelles : le Cap Ténéro, le fer de lance du continent européen. De l’avis de tous, c’est un des plus beaux spectacles qu’il nous fut donné à contempler. Nous l’admirons durant une bonne demi-heure avant de continuer vers Porto Aghio (le port des cailles), en remarquant deux petites criques idylliques. Ce petit port, niché dans une baie perdue à l’extrême pointe de l’Europe, est surtout occupé par des chasseurs guettant la transhumance des cailles venant de Bulgarie pour rejoindre l’Egypte. Nous mangeons du poisson dans un petit resto, accompagné de 2 kg de retsina qui nous permettent de mieux faire passer l’addition (15.000 DR).

Comme nous l’avions décidé, nous nous rendons sur la petite crique aperçue précédemment (crique de Marmari). L’eau est délicieuse, le sable fin, et l’endroit désert : un magnifique moment de détente. Même Jean s’est jeté à l’eau, c’est tout dire.

Après cette bienfaisante baignade, nous poursuivons vers Vathia, vieille ville typiquement maniote. Ses tours, ses maisons de pierre et ses ruelles étroites résonnent encore du fracas sauvage des armes, des cris de guerre et des râles d’agonie témoignant des multiples batailles qui ont rythmé son histoire sanglante.

Nous poursuivons vers Kalamata via Aréopolis, par la côte ouest du Magne, présentant un relief beaucoup plus doux et une végétation plus luxuriante (la côte est fut ravagée par de multiples incendies durant l’été dernier). .

Notre voyage et nos vies auraient fort bien pu s’arrêter là, sur cette route anonyme, au détour d’un virage serré bordant un profond précipice. Anticipant mal la trajectoire, roulant trop vite, Jean fonça tout droit . Sans l’aide des dieux et d’un providentiel chemin de terre filant miraculeusement sous les roues de la voiture, c’était le grand et ultime saut dans le vide. Courte mais immense frayeur. Jean, avec la candeur et la bonne foi qui le caractérisent, soutient par après que c’est la faute de ce foutu virage qui s’est brusquement, sournoisement et traîtreusement précipité vers nous, à toute allure, alors que la route se déroulait bien droite devant lui.

Nous nous arrêtons finalement à Kardamili, dans un camping plus ou moins correct. Nous y dormirons à la belle étoile. Le soir, nous mangeons très bien au petit restaurant « Kikê ».

La nuit ne fut pas terrible, sauf pour Jean qui dort toujours bien. Mais elle fut particulièrement pénible pour Vincent qui fut harcelé par divers insectes, par un bruit exaspérant provenant des sanitaires, par la citronnelle dans ses oreilles ( ?) etc...




Mise à jour le Mardi, 23 Février 2010 16:16  

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification