Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Voyage en Grèce en 2000

Voyage en Grèce en 2000 - 8e jour

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Voyage en Grèce en 2000
2e jour
3e jour
4e jour
5e jour
6e jour
7e jour
8e jour
9e jour
10e jour
11e jour
Toutes les pages

8e jour : Les Météores

Lundi 25 septembre.

Le lendemain matin, nous nous levons frais comme des gardons et, fait remarquable, sans la moindre petite migraine. Après avoir pris un bon petit déjeuner à la pension, nous partons flâner en ville. Celle-ci déborde de petits commerces de tapis et de tissus.

Nous reprenons la route pour notre prochaine destination : les Météores. 230 kms environ nous séparent de Kalambaka, que nous rejoindrons via Delphes, Amphisa, Lamia, Karditsa et Trikala. Entre Delphes et Lamia, nous traversons une mer verte d’oliviers. Le temps est très couvert, nous essuyons même quelques gouttes de pluie. Nous nous arrêtons à Lamia, ville très laide, très sale et très bruyante pour y manger en vitesse quelques pitas. Après le repas, nous descendons vers l’immense plaine de Thessalie où le soleil revient peu à peu. Cette plaine est vraiment désolée, triste, jalonnée de villages miséreux et crasseux. Nous longeons d’immenses champs de coton, planté dans une terre grasse et noire.

Le soleil nous accueille à Kalambaka, et nous en profitons pour visiter deux monastères (Roussanou et Meteoron), plantés au sommet de colossaux pitons rocheux, surgissant de la plaine comme d’énormes moignons tuméfiés. Véritables musées vivants, très bien entretenus, ils ont figé le cours du temps pour nous offrir un témoignage de vie monastique dévouée à la quiétude et au recueillement. Personne ne peut rester indifférent en déambulant dans les méandres de ces forteresses de la foi.

On s’y sent coupé du reste du monde, transporté en un lieu où seuls règnent la paix et le calme. Et, au milieu des chuchotements des vieux moines, des myriades de bougies étincelantes et des senteurs lourdes d’encens, on croit toucher à la Sérénité.

Nous redescendons vers le village de Kastrati, lové au pied des Météores, où nous trouvons rapidement deux chambres proprettes dans une petite pension. Après avoir pris l’apéro sur une terrasse en face des Météores, nous revenons à la pension pour y déguster un délicieux repas.
Le très dévoué patron nous a découpé et cuit de succulentes côtes d’agneaux sur un feu de bois, sous nos yeux, tandis que son épouse préparait les frites et la salade.

Nous prolongeons la soirée dans la chambre, honorant une fois encore notre divinité favorite au milieu de la bonne humeur générale.




Mise à jour le Mardi, 23 Février 2010 16:16  

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification