Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Histoires de l'Aronde 13 mai 1940 Moxhe

13 mai 1940 à Moxhe

Envoyer Imprimer

JOURNÉE DRAMATIQUE DU 13 MAI 1940 À MOXHE

par Henri NICOLAS de Moxhe.

 

J'ai eu le bonheur de rencontrer, peu de temps avant son décès, Alex Defooz le seul survivant de la journée dramatique du 13 mai 1940 à Moxhe. C'est grâce à son récit détaillé, qu'il a été possible de retracer le récit de cet événement. C'est dans la soirée du dimanche 12 mai, après leur retraite sur la rive droite de la Mehaigne, que les troupes françaises ont fait sauter le pont de la route de Namur. Dans leur repli, l'armée française a laissé une arrière-garde. Le tirailleur français est embusqué au carrefour de la route Namur et des routes communales allant à Avin et Ciplet. Il faut noter qu'à cet endroit aboutit le chemin privé qui donne accès à la propriété du château, la traverse et enjambe la Mehaigne. De ce poste d'observation idéal, ce combattant français avait pour mission de retarder le passage de l'armée allemande et de faciliter la retraite française. Le lundi 13 mai vers 17 heures, accompagné d'un officier à cheval, un groupe de soldats allemands arrive dans notre village. C'est avec une crainte certaine, que ceux restés au pays accueillent, portes et volets fermés, les arrivants teutons. Les Allemands étaient-ils informés de la présence du tirailleur français sur la rive droite ? Seul Dieu le sait.
S'ils l'ignoraient, ils en auront appris l'existence lors d'un essai de franchissement sur les débris du pont. Ils auront dû alors rebrousser chemin sous les balles françaises. Réalisant le danger qu'ils couraient, ils imaginèrent un stratagème digne des hordes barbares du moyen-âge. Ils arrêtèrent les hommes qu'ils rencontrèrent dans le village. Les malheureuses victimes ainsi cueillies sont : Jules BACCUS, Clément ROSOUX et Alex DEFOOZ, de la rue du Tombeu, Louis FERON de la rue de Villers fut aussi arrêté rue du Tombeu, il revenait de l'épicerie Granville avec un paquet de riz, Mathieu COLSOUL route de Namur, il était dans sa cour avec un groupe d'évacués, quand lui aussi fut cueilli par les Allemands. Sous la menace, de petit groupe, les bras en l'air, descendit la route de Namur. C'est sous cette couverture humaine que ces lâches allaient tenter de maîtriser l'obstacle français à leur progression au-delà de la Mehaigne. A plusieurs reprises, lors de la récolte des renseignements sur cet épisode, il fut fait mention d'un sixième otage, sans cependant pouvoir l'identifier. Tout à fait fortuitement, lors d'une conversation avec un ancien moxhois, Alphonse Granville précisément le fils du sixième homme, il a été possible de nommer celui qui également faisait partie du groupe d'otages. Il s'agit de Léopold GRANVILLE, qui en 1940 habitait aussi rue du Tombeu. Lors du déroulement de cette péripétie tragique, il a osé une action d'éclat. Conscient du réel danger qu'ils couraient tous et un chacun dans cette aventure, une idée audacieuse lui traversa l'esprit. Dans de telles circonstances, en quelques fractions de seconde, le cerveau humain réalise de vrais prodiges.
Cette idée, c'était la fuite. Mais quelle fuite ?
Profitant de la tension dramatique qui existait dans le groupe, de la distraction des allemands, mais aussi de l'effet de surprise, arrivés à la Mehaigne, rapide comme l'éclair, Léopold sauta à la rivière et disparut promptement.
Les allemands ne réagirent point afin d'éviter l'éveil du tirailleur français. Après, à maintes reprises, relatant ces événements, il croyait cet exploit, «son exploit», vraiment irréalisable. Revenons à la progression de notre groupe. Ces six malheureux otages précédant leurs ravisseurs menaçants pénétrèrent dans la propriété du château et la traversèrent sous le couvert des arbres. Sur le chemin privé qui mène au fameux carrefour, le groupe fut bientôt le point de mire du soldat traquenard. La preuve, il a ouvert le feu en dirigeant un premier tir à l'avant de la petite troupe soulevant la poussière du chemin. Des balles ont fait ricochet et ont blessé Alex DEFOOZ au genou et Mathieu COLSOUL à la main. Dans l'affolement général, tout le monde s'est couché dans le contrebas du chemin. Se rendant compte qu'il était suicidaire de vouloir reprendre la progression, les allemands ont décidé de battre en retraite. C'est au moment où tout le groupe s'est relevé qu'un deuxième tir du soldat français a frappé mortellement Mathieu COLSOUL. Eu égard au grave handicap à la jambe gauche qui l'affectait depuis son enfance, Alex DEFOOZ, avec sa nouvelle blessure était dans l'impossibilité de se déplacer.
Chez les autres ce fut le sauve-qui-peut. Jules BACCUS eut cependant la présence d'esprit et le courage de porter le malheureux Alex sur ses épaules. Les forces décuplées par le danger, Jules traversa avec son fardeau souffrant, le bois et la futaie du château. Après la traversée de la propriété, il escalada, près de chez F. Thirion, le mur d'enceinte pour atterrir dans la rue du Curé. Il ramena Alex chez sa maman rue du Tombeu où le docteur Louis BOXUS d'Avennes le soigna. Selon une relation verbale, le tirailleur français serait mort dans la campagne de Meeffe après un combat à l'arme blanche avec un soldat allemand. Les deux combattants seraient morts. Dans la nécrologie de la commune de Meeffe, il est relevé le décès du soldat Maurice Beaudrillard à la date du 13 mai 1940.
L'acte de décès de Meeffe situe le décès à «sept heures de relevée» soit 19 heures, donc deux heures après le drame de Moxhe.
Ce laps de temps semble insuffisant pour effectuer le trajet de Moxhe à Meeffe via Avin, même en supposant que le soldat français soit parti immédiatement après l'événement tragique. Par contre dans la nécrologie de la commune d'Avin, on relève, au 13 mai 1940, à sept heures un quart du soir, le décès du soldat français Roger SALLARD. Ceci semble mieux correspondre dans le temps et nous donner l'identité très probable du tirailleur français. En ce qui concerne le soldat allemand, on ne trouve pas trace d'un décès.
A ce sujet, il est possible que l'armée allemande se soit occupée elle-même du combattant mort.

Commentaires

avatar Julien Bedhouche
0
 
 
Bonjour, je suis tombé sur votre article "Journée dramatique du 13mai 1940 à Moxhe" en effectuant à tout hasard une recherche sur google de Roger Sallard. Il s'agit en effet du frère de ma grand-mère, toujours vivante. Nous sommes originaires de la Mayenne mais depuis quelques mois je travaille à Bruxelles, c'est ce qui m'a poussé à m'intéresser un peu plus à l'histoire de ce grand oncle mort à 20 ans en Belgique en 1940. On a souvent évoqué cette histoire et ma grand mère détient toujours des documents de la commune d'Avin, relatif à la sépulture de son frère, celui ci ayant été ramené en Mayenne aprés la guerre. C'est donc avec une réelle émotion que je découvre aujourd'hui une nouvelle partie de ce qui s'est passé ce 13 mai 1940. J'ai d'or et déjà transmis l'article à mes parents par email pour qu'il puisse informer ma grand mère de ces nouvelles informations sur la mort de son frère. Je suis bien évidemment disponible pour toute nouvelle correspondance sur ce sujet. Merci encore pour la publication sur votre site de cette histoire.
Cordialement, Julien Bedhouche
avatar Gilles-Noel Trinh Dinh
0
 
 
Bonjour, Je suis en train de faire des recherches sur les derniers jours de mon oncle maternelle Jean -Noël Laurenti cariste du 29ème dragons tué le 13 Mai 1940 à Meeffe. Il avait 20 ans . j'ai déjà trouvé un peu d'information sur la Bataille de Hannut et de la Petitte Gette. Je dèsire ainsi laisser aux jeunes de notre famille un peu plus qu'une date sur une tombe. Sa tombe a été transférée à Nice dans le caveau de Famillle. Le temps efface les souvenirs et les circonstances de son décès...sont sujets à différentes versions . Votre site qui me semble plus local m'a donnè des informations et des témoignages vivants et personnels . J' aurai tant aimé avoir des détails plus précis sur ce qui s'est passè à Meeffe le 13 Mai 1940
Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.