Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Lucien Maubeuge Li Valêye dèl Moûse

Li Valêye dèl Moûse

Envoyer Imprimer

Extrait de Fleûrs di m' Bouquèt, Melreux, 1956

Li Valèye dèl Moûse

 

N'avez-v' mây fait l'voyèdje al dilongue dèl bèle Moûse
Dispôy' Hu disqu'à Lîdje ?... N'av' mây' gosté l'bêté
Di c' powême qui l'nateûre candje a fait qu'l'êwe sût s'coûse ?
Qués-èsblaw'tants côps d'oûy' ! quélès curiosités !...
Dès p'tits-andrwèts sâvadjes, pleins d'doûce mirâcolèye
Riyants, vigreûs, pâhûles, avinants, rimplis d'bruts,
Rèdjouwihèt l'loukeûr de passant « qui sét vèy' »
Li powésèye tote faite qui s'mosteûre âtou d'lu.
Chal, c'est lès rotches di Hu qu'èlèvèt st-âs nûlêyes
Lès grands forts qui s'drèssèt parèy's qu'in' adjèyant
Avisant tinre à l'oûy, è fî fond dèl valêye,
Li monde là qui s'rimowe, l'êwe qui passe tôt lètchant
Sès pîds qui s'polihèt d'zos l'carèsse dès bâhèdjes,
Li convwè qu'dâre èl rotche, minant st-on brut d'infêr,
Li clér Hoyoux qu'acoûrt plein d'fougue foû dès buskedjes
Po s'fé haper dèl Moûse qui l'èmonne èvè l'mér...
lne fèy' passé Tihandje, vos rèscontrez plike ploke,
Divins dès bouquets d'âbes. dès nozés p'tits chalèts
As meûrs tôt gârnis d'vègnes wice qui l'ragostante troke
Pind sès hêtis frûtèdjes disqu'à so lès volèts.
Dès pazês bwèrdés d'rôses, di pinsêyes èt d'navintes,
Si creûh'lèt st-è cot'hê qu'est fris'mint rahèné ;
Li ci qu'admîre coulà ni pins'rè nin qu' dès plaintes
Foû d'ine si gaie dimeûre polèsse mây' s'èlèver.
Ad' divant d'on tchèstè qui s' mosteûre è fouyèdje,
So dès plaques di wazon, dès-âbes dreûts come dès-î,
S'alignèt st-è l'alêye et s'tindèt leûs-ombrèdjes
Come dès grands-évantay's sincieûs'mint arindjîs.
Al hintche, on bwès so' ne reûde pindêye règuine vès l'êwe ;
D'â Ion, v' dirîz qu'i vâye plonkî d'on maisse livê ;
A dreûte, ine grande prairèye lâvâ de tièr si sêwe
Et s'arèstêye à Moûse qui s'troûve come divins 'ne mê.
Passé houte di Hermalle, qwand lès tiers et lès-âbes
Si catchèt po mostrer l'plate campagne et tot l'cîr,
On tape tot-âtoû d'lu quéques côps d'oûy's agrèyâbes
So lès ham'tês d'sseûlés qu'on d'hoûve avou plaisir.
Là, tot-â-coron, s'drèsse li cok'rê d'ine église
Qu'a l'air èn' blesse, foû skwère, tél'mint qu'il avise vî ;
On direût qu'in'-aûte peûpe è c'viyèdje a pris djîse,
On peûpe qu'èst st-aband'né, qu'est po l'djoû d'oûy' roûvî.
Mins vorchal lès hauts tiers qui m'èspêtchèt de vèy'
Lès planeûrs qui s'catchèt fait-à-fait podrî zèls ;
Vorchal lès bês buskèdjes, rimplis d'doûce ârmon'rèye,
Et quéque rotche èwarante mostrant l'gueûye d'on tinèl...
Là, c'est l'tchèstê d'Tchôkir èlèvé so lès rotches,
Habité dès macrales, dihéve-t-on, divins l'timps ;
Qwand nos tây's passît d'vant ces hauts meurs pondous rodje,
I s'sègnît reûtabale di sogne dès mâlès djins.
On pô pus Ion qu'Flémâle, dè costé dèl main dreûte,
On brut d'fèraye s'èlîve : c'est st-al vêr'êye dè Val ;
Omes èt feumes picotèt come dès mohes èl tchèteûte
C'ès't-ine ouhène qu'on r'clame po fé l'pus bê cristal.
Chal, c'èst, ne tchèteute qui blame èt là c'ès't-eune qui fome,
Mahant d'vins lès nûlêyes dès candjantès coleûrs
Et d'vins lès nut's sins leune, qwand nole siteûle ni lome,
On direût qui l'cîr broûle èl parfonde sipèheûr...
Tot ridant d'zos lès ponts qu'sont st-à cabaye di lèye,
Moûse sonle dire è s'tchanson : « Orne rimpli d'sincieû'té,
« Vos qu'kwîre après l'oneûr, li glwre di l'industrèye,
« Pus d'onk a l'ait s'boneûr tôt nah'tant mes costés !
« Hullos trova 'ne ritchèsse adlé m'bwèrd : li tchâfèdje,
« Qui I'houyeû va st-abate sî cints mète dizor mi.
« Vèyez-v' tourner ces rôles ? Etindez-v' li ronflèdje
« Dèl décharge ?... Li hoye monte. Hoûtez l'machine djèmi !
« John Cock'rill, ci grand-ome, wice a-t-i co fait s'vôye ?...
« N'est-ce nin tôt v'nant prinde djîse às-abwérds di mes flots ?
« Oyez-v' cisse bardouh'rèye ?... Hoûtez l'brèyèdje dèl sôye
« Qu'èstoûrdih tôt l'Tchèstê, pwis qu'moûrt èn-on soglot !
« Vola lès haûts-fornês, wice qui l'fièr si va fonde
« Et qu'pus tard s'adjustrè par cès ornes di mèsti :
« N'è frè-t-on nin l'machine qui, so lès mérs parfondes,
« Nos-èpwètrè st-on djoû bin Ion foû de payîs ?...
Vola çou qu'Moûse sonle dire tôt s'fâfîlant vès Lîdje
Et qu'pus d'onk a compris, ça n'vèyans tôt de long
Totes lès sôres d'industrêyes, so ses bwèrds, qu'ont leû sîdje
Et qui fèt li r'noumêye di nosse payîs walon !

 


(1) Miracolêye = mélancolie
(2) Adjèyant = géant
(3) Mê = pétrin
(4) Tchèteûte = ruche
(5) Tchèteûte = a aussi la signification de cheminée
(6) Tchèstê = Société John Cockerlll
Hullos : Reynler, prieur de Saint-Jacques, fixe très nettement à l'année 1213 la découverte du charbon de terre par un nommé Hullot ou Hullos, de Plainevaux, sur la montagne d'Ivoz à Champ-de-Bure.
(Histoire de Seraing, par Louis Picalausa)

 

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
 

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification