Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Lucien Maubeuge Li Vîle Mèlêye

Li Vîle Mèlêye

Envoyer Imprimer

Extrait de Fleûrs di m' Bouquèt, Melreux, 1956

Li Vîle Mèlêye

 

Elle èst là, d'vant noste ouh, qu'èlle awête tote li plinne
Mi grand-pére èl planta qu'i n'èsteût qu'on gamin ;
Ele kinoha mes tâyes, vèya leûs-ètèrmints
Et sonle co djâser d' zèls â zuvion qui l'arinne.

Tot crèhant, ll'a stindou ses brès' so nosse teûtê,
Sonlant fé l'adjèyante po s' rinde maîsse di nosse djîse,
Qu'a l'aîr di s' racrouf'ter tot s' clintchant so l' rimîse,
Di sogne de pwèrter l' tchèdje di sès longous vanês.

C'èst qui l' mohone èst d'adje et n'est pus wêre adjambe :
Lès crêyes dès houlés meûrs èl dihèt come lès pleûs
So l' visèdje d'ine vîle djin qu'a dépassé sèt' creûs
Et qui s' sutint tot fant bon coûr so mâles djambes.

El basse tchabotte di l'âbe, ine masindje keûve à s'toûr,
Wice qui, l'annêye passêye, lèye minme vina-st-â monde ;
Li mâye, po l' distriyî, tchante on rèspleû qu'ènonde
Deûs pinsons qui s' fièstèt tot djâspinant d'amoûr...

Chaque côp qu' may ripont l'tère èt li faît 'ne noûve twèlète,
Li haut bodje catche dès nids, lès cohes hâgnèt dès fleûrs ;
C'èst-on boûquèt plein d' tchants, planté d'vant l' mohinète
Come po d'ner 'ne aîr di fièsse et rèdjouwi l' loukeûr.

L'âbe prind-st-in' aûte atraît qwand l' meûs d' sèptimbe rafile.:
I mahe â vèrt dès foyes dès pomes d'on rodje lûhant ;
C'ès't-on vî serviteur qui laî-st-à nosse famile
Tos l's-ans 'ne part di lu-minme : sès frutèdjes ragostants.

On hame tot vièrmolou, qu'a pris s' bôr po dossîre,
Fwèce di lî t'ni k'pagnèye, èst come lu div'nou vert ;
Dji n' sé mây' l'aprèpî sins-ôre djâser dès mwérts,
Sins r'vèy dès blankès tièsses qui m' vinèt co sorîre...

C'èst là qu'âs bèlès sîzes ou qwand l' solo tokéve,
Mi grand père èt m' mâma si v'nît tofér assîr,
Po raconter lès fâves qui complaîhît mès d'zîrs
Ou po r'nov'ler l' bon timps qu'èl zè raviguréve.

Qwand-i candjît di d'vises, c'èsteût po djâser d' mi
Ou m' fé r'dîre dès rîmes qu'on m'aprindéve è s'cole ;
Il ârît bin magnî chasqueune di mes paroles
Et n' savît k'mint m' sorîre tot d'hant qu' dj'èsteûs sûti...

As djoûs d' fièsse, mes parints s' rapoûlît d'zos l' fouyèdje,
Wice qui m' marne, tôt riyant, vinéve chèrvi l' magn'hon ;
Onk tapéve ine blagu'rèye, l'aûte dihéve ine tchanson,
Qui s' mahît-st-âs musiques di so l' plèce de viyèdje...

Pus târd, qwand dji m' maria, totes lès djins de banquet
Vinît crâmignoner dizos nosse vîle mèlêye ;
Nos fîs dès rondes danses disqu'à vès l' matinêye
Et, so l' p"lantchî d' wazon, chasconk tchanta s' boquèt.

Oûy', qui c'est mes èfants qui vont djouwer d'sos l'âbe,
Dji m' dimande si c'èst zèls qu'ènn'è vont vèy' li fin
Et dj' frusih tot pinsant qu'il ârît 'ne hèpe capâbe
D'abate li vîle mèlêye qu'ont-st-inmé leûs parints.

 

 

PETIT GLOSSAIRE

Li mèlêye = le pommier.
Li teûtê = petit toit en saillie.
Li djîse = gîte.
Lès vanês = grosse plume de l'aile d'un oiseau.
Li bodje ou l' bôr = tronc d'un arbre encore debout.
Li hame = siège sans dossier.
Li magn'hon = menu de banquet.
Si racroufter = se blottir.
Ad jambe = d'aplomb.
Tâye = ancêtre.
Zûvion = zéphir.
Ine vîle feume qu'a dépasser sèt' creûs = une vieille femme qui a 70 ans passés.
Fé bon coûr so mâles djambes = faire semblant que tout va bien, même en souffrant.
Les cohes hâgnèt dès fleûrs = les branches étalent des fleurs.

 

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
 

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification