Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Lucien Maubeuge Li Tchèstê d'poûssîre

Li Tchèstê d'poûssîre

Envoyer Imprimer

Extrait de Fleûrs di m' Bouquèt, Melreux, 1956

Li Tchèstê d'poûssîre

 

Quî d'vins Sèrèg, n'a nin oyou
Djâzer di c'pâhûle cwène dès C'mones.
Là wice qu'èsteût cisse vîle mohone
A mitan masquêye dès tiyous?...
Dj'a todi sov'nance di c'cambûse,
Di s'câbarèt, di s'teût di strin ;
Dji r'veûs, come qwand dj'èsteûs gamin,
Lès deûs houlés meûrs d'èl pakhûse.
Ele n'aveût qu'ine pitite finièsse
Qui d'néve ine clârté d'oûy' di boû ;
I n'aveût la ni dègne ni soû ;
C'èst d'plin pîd qu'on moussîve èl pièce.
Qwantes fèy's, avou quéques pièles di m'tîre,
Nos-avans-gn' fâfilé drî l'meûr,
Po griper al hâle di voleûr
So l'bas teût de « Tchèstê d'poûssîre » !
Lès « vîlès fèyes » nos v'nît brak'ner,
Tot-z-aksègnant l'cowe dèl hov'lète
Et man'cît d'nos s'piyî l'maquète,
Tôt nos maltraitant d'mâ-toûrnés !


* * *


L'istwére di cisse vîle mohone-là
Es't-assez curieûse, à m'sonlance,
Po qui dj'ènnè done li k'nohance
As cis qui n'sèpèt rin d'çoula :

C'èsteût st-ine bêle vèsprêye di may'
On doûs vint carèssîve lès tchamps ;
Lès p'tits-oûhês taihît leûs tchants
Po r'gangnî leû djîse èl ramaye.
Li leune, di s'pus bêle dès clartés,
Si v'na mète al tchame dèl pârtèye ;
E cisse nutêye-la sins parèye
Tot r'lûhéve â r'djèt dèl Bêté.
Lès « Crèpin » si trovant sins djîse
Arivît st-an binde ad'lé l'bwès
Et, trovant st-on conv'nâbe andrwèt,
Kimincît rat'mint leû bâtîse,
Avou d'I'ârzèye, cohes èt wazons
I maltôtît 'ne sôre di maç'nèdje
Et s'mètît tote nut' à l'ovrèdje,
Adjètes parèy's qui dès nutons,
Qwand l'nutéye fat plèce à l'aireûre,
Qu'on-ètinda r'tchanter l'rôyetê,
I n'aveût d'dja pus qui l'teûtê
A mète so l'mohone et so l'heûre.
Ci djoû-là, lès prumîs passants
Toumît câsî de cîr al tére,
Tot vèyant c'mohinète foû s'kwére
Qui n'èsteût nin là rdjoû di d'vant.
Cisse maweûre novèle, è viyèdje,
Fourit k'sèmêye sins wère târdjî
Et, po l'vini vèy', s'èhâstît
Lès curieûs di tôt l'wèsinèdje...
Lès « Crèpin » d'morît treûs-ans d'vins,
Pwis c'fout deûs vîlès djônès fèyes
Qu'î v'nît passer l'rèstant d'leû vèye,
Tot t'nant câbarèt d'bîre et d'vins,
Qwand dj'èsteûs djônê, dji m'rapinse
Aveûr ètindou raconter
Poqwè qu'cès deûs feumes ont d'moré
Ossi bin l'eune qui l'aûte à s'mince :
I parè, qwand ll'avît vint-ans,
Qu'èlle èstît totes lès deûs fwért bêles
Et qui par hazârd, nos mam'zèles
Estît totes sotes dè minme galant,
Ossu, l'djône ome èl zî wârdéve
Ine part d'amoûr à totes lès deûs;
Bêcôp diront qu'l'èsteût tchanc'leû
Et portant, çoula l'toûrmètéve :
Qwand c'èsteût l'dîmègne ou l'djûdi,
Qu'il aléve vèyî lès crapaûtes,
Zèles qu'èstît djalotes eune so l'aûte
I d'véve hanter tot fant l'sûti.
II âreût bin volou fé s'tchûse,
Qwè qu'elle avît totes lès deûs s'coûr,
Mins r'sètchî d'on costé si-amoûr,
C'èsteût po s'akwèri dès rûses.
Asteûre, on riyéve dè valet
Tot lî d'hant qui lès deûs malènes
Si moquît d'lu, minme à s'narène,
Qu'èles li prindît po leû boubièt ;
In'-aûte èstchâféve li blagu'rèye,
Tot d'hant qu'èles hantît catchèt'mint
Eune avou Djôsèf d'â molin
Et l'aûte avou Piére d'al bièdj'rèye...
Çouchal èl toûrmètéve bècôp,
Qwè qu'i s'dotéve fwért dè contrâve,
Mins come l'amoûr èst co trompâve,
I craindéve dè passer bâbô.
Nâhi d'ôre lès soyants mèssèdjes
Qu'on s'amûséve à lî d'biter,
I s'dècida 'ne fèy' dè d'mander
Al pus djône dès deûs, li marièdje.
Cisse-chal sèpéve dispôy' longtimps
Qui c'èsteût lèye li prèfèrêye,
Mins tûzant st-à s'soûr aband'nêye,
Ele hôrba 'ne lâme avou s'vantrin.
- « Dis't-èle, dji v's-inme dè fond di mi-âme
Et d'nos-uni c'sèreut m'boneûr ;
Mins m'soûr qui pinse èsse vosse mon-cœûr,
D'aprinde çoula ll'taprè dès lâmes!...
Hoûtez : rawârdez co deûs djoûs,
Dji lî parol'rè d'ciste afaire,
Et si çoula n'èl tourmète wêre.
A vosse bêle dimande, dji m'rèzoûds »...
Qwand Donêye aprinda l'novèle,
Ele mâqua câsî de flâwi ;
Rin n'poléve rapâh'ter l'displi
Dèl douce et binamêye bâcèle.
Li pus djône, vèyant qui s'paûve soûr
Rissintéve ine doleûr trop grande,
A valet, ribouta si d'mande,
Çou qui fat fini leûs-amoûrs...
Lès mam'zèles l'avît trop' inmé
Qui po r'fé dès-aûtès hantrèyes
Et djurît dè fini leû vèye
Essonle, sins jamây' si marier.


* * *

Qwand cès deûs feumes-là fourît mwètes.
Li « Tchèstê d'poûssîre » fout r'vindou
Adon pwis, pus tard dismolou,
Po-z-î r'fé 'ne novèle mohinète.
Tot l'monde dispréhîve cisse keûre-là
Et pus d'on « maswîr » è s'coulêye,
Tûzant st-à ses djonès-annêyes,
Lèya goter 'ne l'âme po çoula.
C'èst qui davance, on n'djâséve mây'
Qui dè « Tchèstê d'poûssîre » po tot ;
Lès vîs « C'monîs » qu's'è r'mimbrèt co
Ont si bon dèl ridîre djoûrmây'.
Et qwand-i d'vizèt dès bês bals
Qu'on fève âd'divant d'cisse mâhîre,
Ine lâme arôle co d'leû pâpîre
Rigrètant l'bon timps si Ion d'chal.
On danséve là, divins 'ne prairèye
A son di saqwants violons
Et l'valsèdje so l'plantchî d'wazon
Esteût l'sudjèt d'bin dès rîrèyes.
Li djônèsse prindéve pus d'plaisîr
Qu'asteûre divins lès sâles di danses ;
L'acoûte rotéve avou l'plaihance :
On n' chicanéve nin l'ètrindjîr,
Minme bin sovint, là so l'vèrdeûre
Lès copes dansît co djoyeûs'mint.
Qui d'leûs tchantreyes, à bwès wèzin,
Lès-oûhês fièstît dj'dja l'aireûre.
Ossi - m'a-t-on co raconté -
Faléve vèyî qwand c'èsteût l'fièsse :
On-î rèscontréve dèl djônèsse
Acorowe di tos lès costés...

...........................................................

Ci fourit twè, paûve dimorance,
Qu'assètcha tant d'monde è l'andrwèt ;
Asteûre, on djâse tél'mint pô d'twè
Qu'on-a câsî roûvî t'sov'nance.

 

 

(1) Tchèstê d' poûssîre : Construit vers l'an 1850 et démoli en 1892. La légende raconte que des sieurs Crepin, venant on ne sait d'où, s'arrêtèrent, par une belle nuit de mai, à un endroit isolé près du bois de la Vecquée (endroit dénommé aujourd'hui « A tchèstê d' poûssîre ») et, trouvant la place convenable, se mirent rapidement à bâtir une maisonnette au moyen de gazons, de mottes d'argile et de branches d'arbres. Ils travaillèrent vaillamment toute la nuit et quelle ne fut pas la surprise des passants quand, le lendemain matin, ils aperçurent une petite chaumière où l'on servait déjà à boire !
La nouvelle de cette bâtisse sortie de terre comme par enchantement se répandit comme une traînée de poudre et des curieux de tous les villages environnants se hâtèrent de venir voir cet humble « Tchèstê d' poûssîre », nom que les habitants des Biens-Communaux lui donnèrent de suite, par rapport à sa construction en terre.
On y fit des fêtes qui, en ce temps-là, pouvaient être qualifiées de remarquables. Un vieux « Maswirs » nous disait un jour de sa voix chevrotante : « Ah ! m' fis, d'avance, li ci qui n'aveût nin s'tu al fièsse â « Tchèstê d' poûssîre » n'aveût s'tu nole pâ ! »

(2) Maswîrs = mot tiré de masure et appliqué aux habitants des Biens-Communaux (endroit situé sur la colline qui forme le point culminant de Seraing). Jadis, les habitants de ca hameau s'emparaient d'une parcelle du terrain communal pour l'emplacement de leur maison ; on prétend qu'ils n'étaient nullement poursuivis devant les tribunaux pour autant que la cons¬truction du bâtiment fut achevée avant que les autorités n'en soient prévenues. Ce fut vers l'époque 1850-51 que l'administration communale de Seraing in¬tervint rigoureusement et vota un décret réglant le droit de propriété des « maswîrs ».

 

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
 

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification