Site d'Adrien Daxhelet

Site d'Adrien Daxhelet

  • Augmenter la taille de police
  • Taille de police par défaut
  • Diminuer la taille de police
Site optimisé pour le navigateur Firefox
Accueil Lucien Maubeuge Tchanson d'marièdje

Tchanson d'marièdje

Envoyer Imprimer

Extrait de Fleûrs di m' Bouquèt, Melreux, 1956

Chanson composée à l'occasion du mariage de Mademoiselle Jeanne N... avec Monsieur Marcel P..., avocat (qu'ont r'mètou lès catches è fôr après dîh'-ans d'brognèdje)

AIR : So l'air dè tradèri dèra

 

I
Hoûtez, mes chérs-amis, dji v'vas tchanter 'ne pasquêye,
A l'oneûr dè marié come â çi dèl mariêye ;
El sôciété d'I'amoûr, i n'a deûs-ureûs d'pus :
Çoula s'veût st-à leûs mènes, â bê sorîre qu'èst d'ssus !
So l'air dé tradèri dèra, etc..

II
Awè, nos djônes mariés sont bin faits po s'ètinde ;
Li boneûr, è leû djise, si vinrè sûr rastrinde,
Pace qui c'èst dès k'nohances faîtes de prumîr amoûr :
Vola dèdja dîh'-ans qu'èlle ont tèm'té leûs coûrs.
So l'air dè tradèri dèra, etc..

III
I fât qui dji v'raconte kimint qu' Marcel et Jane
Ont vèyou leûs hantrêyes toumêyes ine tchoke an pane :
Qwand-il alît st-è s'cole, is s'tudît catchèt'mint
L'ârt di s'fé dès carèsses, Ion dès-oûy's dès parints.

IV
Vos comprindez, mès djins, qwand c'èst qui pères et mères
Aprindît qu'leûs-èfants fît dès-ètudes foûs s'kwéres,
El zî d'nît 'ne ramonasse, tot corant so leû djeû,
Et tôt z'ak'sègnant l'vôye qu'is d'vît sûre tos lès deûs.

V
Nos djônês s'conzolît, lu, porsûva sès s'coles ,
Et lèye si d'va rèzoûde à r'grèter ses friyoles,
Qwand, pus târd, nosse djône ome, qui v'néve d'èsse avocât,
Etinda tocter s'coûr, tot sortant dé palâ...

VI
I r'trova l'fleûr d'amoûr di s'pus tinrûle djônèsse
Et dèl vèy' bin florèye, i M r'fat dès caresses ;
Lèye div'na tote troûblêye et lî d'ha : « m'binamé,
Ni v'sonle-t-i nin qu'asteûre, dji sos bone à côper »?...

VII
Mins vola l'feû d'I'amoûr, qu'aveût volou distinde,
Après dîh'-ans d'covèdje, si mèta st-à rèsprinde
Et tapa 'ne téle blamâhe so nos deûs djônès djins
Qu'is s'ont lèyî rosti, ci co-chal po longtimps !...

VIII
C'ès't-adon qu'nosse plaitieû djudja lu-minme si câse
Et d'ha : « Jane, fwè di mi-âme, dji v's-acwède totes mès grâces,
Mins vos-alez djurer d'vant l'tribunâl d'amoûr,
Qu'i n'arè qu'vosse Marcèl à prinde plèce è vosse coûr!...

IX
« Mon cher Maître, dèrit-èle, alez, dj'sos bin continne.
Qui vos n'rimètez pus ciste afaire à « huitinne »,
Pwis ll'si drèssa d'vant lu, tot lèvant haût lès deûgts
Et d'ha : je suis à vous, je l'jure ainsi m'aide Dieu ! »

X
Oûy', li câse èst gangnèye èt l'sintince, c'èst l'marièdje ;
Lès tèmons sont binâhes, èco pus l'parintèdje ;
Dji m'djons st-à leû boneûr et dj'sohaite qui l'pârlî
Mosteûre qu'il èst l' « cher Maître » qwand s'feume vôrè prétchî !

 


Pârlî = avocat.

 

Commentaires

Afficher/cacher le formulaire SVP, identifiez-vous pour poster des commentaires ou des réponses.
 

Identification

Cette identification vaut pour tout sauf pour la galerie de photos qui a sa propre identification